Présentation

Lui, en haut, c’est Gustave Caillebotte (1848-1894). Il a fait partie du groupe impressionniste aux côtés de Renoir, Monet, Pissarro et Degas. Il a peint ça :

.
Hebergeur d'image

Il donne son prénom à ce blog parce que j’ai écrit un roman sur lui, sa personnalité hors-norme, sa peinture hors-norme, et, pour ce que j’en suppose, sa sexualité hors-norme. Bon, pour tout dire, je suis un peu amoureux de lui et comme je suis partageur (comme tous les gays, dit-on…) j’espère vous le faire aimer aussi.

.
CAILLEBOTTE_Gustave_Lecture_de_femme_1880

Et moi, qui suis-je ? Un homme qui a longtemps cru pouvoir ranger ses désirs homos derrière les hétéros, une bisexualité très discrète parce que non vécue, et qui à 40 ans s’est aperçu qu’il s’est trompé. Ma bisexualité est réelle mais très majoritairement homo. Le déclencheur fut le divorce demandé par ma femme. J’appelle ce moment de bascule « ma révélation ». Avec plusieurs hommes dans mon cas, nous nous sommes surnommés les « tardifs ». Comme tout bon tardif, je me suis marié à une femme, nous avons fait ensemble deux garçons (maintenant ados) dont je m’occupe une semaine sur deux et c’est un étonnement toujours renouvelé que de les voir grandir et se construire. Mon compagnon depuis près de 10 ans y participe grandement. Parce que j’ai la chance de vivre une belle histoire d’amour homosexuelle depuis que je sais qui je suis. Bref, après avoir été un peu heureux avec une femme, je le suis beaucoup avec cet homme, et avec mes enfants.
Pourquoi raconter ici ma vie ? Parce qu’un des effets secondaires de ma révélation fut de provoquer une envie irrésistible d’écrire. Moi qui ai travaillé toute ma vie l’image, ce sont les mots qui ont coulé de mes doigts. Comme si toutes mes nouvelles émotions, jusque-là enfouies, devaient être mises en texte et non plus en forme plastique, sur le papier. Des poèmes pour lui, des nouvelles et enfin ce roman qui va sortir bientôt. J’espère, en posant sur ce blog, cette sorte d’étude de l’œuvre et la vie de Caillebotte, mon aventure d’écriture et les éléments de ma vie qui caractérisent ma sexualité, réussir à mettre en relief quelques réflexions sur ce que c’est qu’être gay. Gay et créateur.

Publicités

5 réflexions sur « Présentation »

  1. Bravo pour cette présentation si franche !
    Il n’est sûrement jamais trop tard pour se révéler, pour aimer corps à cœur et pour écrire, surtout quand on admire un peintre comme Gustave Caillebotte, à dévorer des yeux, du cerveau et du cœur pour qu’il vous livre ses secrets. Les deux tableaux choisis sont troublants.
    J’aime bien que le roman « Gustave » annonce plusieurs révélations, celle de la sensualité énigmatique d’un peintre et, à travers son œuvre, celle de sa propre « vérité » sexuelle et amoureuse.
    Si j’ai bien compris, « Gustave » est né d’une double histoire d’amour, pour les tableaux d’un artiste et pour le corps fantasmé de cet artiste. Un interdit transgressé grâce à l’art, au désir qui dort dans les tableaux d’un peintre. Gustave Caillebotte t’aurait aidé à te révéler gay et, en plus, à te lancer dans l’écriture qui permet de partager sa « révélation » avec des inconnu(e)s. Ça donne envie de lire « Gustave » en tout cas !
    Il sort quand et chez qui ton roman ?
    Pierre

    J'aime

    1. Bonsoir Pierre,
      Je constate avec satisfaction que tu connais l’œuvre de Gustave Caillebotte, ce qui n’est pas fréquent à part son œuvre majeure « les raboteurs de parquet » reproduit ci-haut. Peut-être as-tu toi aussi ressenti la troublante sensualité virile qui émane de certaines de ses toiles…
      Si j’ai écrit « Gustave » c’est tant pour chercher cette belle sensualité picturale, mais aussi (presque à mon insu) pour mettre en parallèle mon parcours et celui de cet homme étrange, généreux et colérique, bienveillant, fragile en voulant se montrer fort, trop discret sur sa vie sentimentale pour ne pas nourrir des soupçons. S’il a eu conscience d’avoir des penchants homosexuels, il a dû, comme moi, les enfouir avant de peut-être les assumer et les vivre dans l’ombre. Après, je dois dire que oui, les rares photos de Gustave m’émeuvent beaucoup et ont compté dans l’écriture de ce roman. Il s’agit d’une biographie fantasmée, même si tous les évènements connus de sa vie sont scrupuleusement respectés, rien ne permet d’affirmer avec certitude que Gustave Caillebotte ait eu des relations homosexuelles. Reste les tableaux…
      Le roman sort début mars chez Eros Onyx http://www.erosonyx.com/?A-paraitre-mars-2015-GUSTAVE-de

      J'aime

  2. Bonjour @zphyr,
    Votre histoire personnelle me touche, je pourrais la comparer à la mienne, lesbienne « tardive » même si je l’ai au fond toujours su… et puis votre pseudo ressemble très fort au prénom de mon petit garçon. 😉
    Je trouve votre blog très intéressant et instructif : merci pour ce partage. Le tableau des « Raboteurs de parquet » est particulièrement beau, quelle lumière !

    J'aime

    1. Merci. Heureux de pouvoir partager aussi des trajectoires de vie : c’est important de ne pas être seul(e).
      Pour les raboteurs, j’y consacrerai un article entier tant cette œuvre est puissante.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s